Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

| Marché

BNP PARIBAS REAL ESTATE COMMENTE LES INDICATEURS IMMOSTAT
 

Résultats du 4ème trimestre 2019 et perspectives 

Marché locatif francilien : un bon volume de transactions locatives tiré par la transformation des usages et le développement du Grand Paris

Investissement : une performance exceptionnelle liée à l’engouement des investisseurs pour l’immobilier
 
Marché locatif : une demande placée qui atteint 2,3 millions de m² en Ile-de-France à fin 2019
 
Sur l’ensemble de l’année 2019, la demande placée de bureaux en Île-de-France s’élève à 2 317 000 m², en retrait de 10 % sur un an mais en phase avec sa moyenne décennale (2 336 000 m²). « Le segment des grandes surfaces (plus de 5 000 m²) affiche une belle dynamique au 4ème trimestre (+12 % sur un an) permettant de limiter un repli global sur l’année (-14 % sur un an). Au total, ce segment de marché avoisine les 873 000 m² pour 72 transactions » commente Éric Siesse, Directeur Général Adjoint en charge du pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France. De son côté, « le marché des petites et moyennes surfaces (inférieures à 5 000 m²) connait une légère baisse (-7 % sur un an) mais reste à un niveau particulièrement élevé, dépassant une nouvelle fois les 1,4 million de m². Ces bons résultats d’ensemble sont en ligne avec la bonne dynamique des recherches enregistrées par nos équipes commerciales » rajoute Éric Siesse.
 
Au cours des prochains mois, « les moteurs des demandes exprimées en Île-de-France resteront principalement portés par la transformation des usages et la révolution digitale, la recherche d’économies via notamment des consolidations de site et, bien entendu, l’éclosion de nouveaux territoires tertiaires en relation avec le projet du Grand Paris Express » rajoute Éric Siesse, Directeur Général Adjoint en charge du pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France.
 
Après un fort rebond l’année dernière, l’offre de bureaux en cours de construction se stabilise depuis plusieurs trimestres pour atteindre 1,6 million de m² au 1er janvier 2020. La part des futures livraisons sera majoritairement concentrée en premières périphéries (35% de l’offre) et à La Défense (27%). De son côté, Paris intra-muros restera très largement sous-offreur. Dans ces conditions « les taux de vacance historiquement bas, combinés au bon niveau des précommercialisations et au renouvellement de la demande exprimée dans la Capitale permettront de maintenir une progression des valeurs locatives au cours des prochains mois » analyse Eric Siesse.
 
Investissement : un volume historique de 41,5 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année
 
Les volumes investis en immobilier d’entreprise en France affichent un niveau historique avec 41,5 milliards d’euros engagés sur l’ensemble de l’année 2019 (+19 % sur un an). « Le rallye de fin d’année a encore une fois eu lieu avec plus de 16 milliards d’euros engagés sur le seul 4ème trimestre. Si toutes les typologies d’actifs sont concernées par cette dynamique, les bureaux affichent une performance significative avec près de 25 milliards d’euros investis sur l’ensemble de l’année. Le segment industriel affiche, de son côté, la plus forte progression cette année (+78% sur un an), soit un volume de 6,4 milliards d’euros » constate Olivier Ambrosiali, Directeur Général Adjoint, en charge du pôle Vente et Investissement de BNP Paribas Real Estate Transaction France. A noter cette année, la présence notable des acquéreurs internationaux (40 % des volumes) et plus particulièrement le retour cette année des investisseurs coréens (10 %)
 
« L’abondance de liquidités, les bons fondamentaux sur le marché locatif et les taux obligataires toujours faibles expliquent la très bonne orientation du marché de l’investissement. Dans ces conditions, les taux de rendement « prime » en bureaux (2,80 %) et logistique (4,00 %) affichent des baisses respectives de 20 et 75 points de base sur un an. De son côté, le taux de rendement « prime » en commerce (2,50 %) n’a pas évolué durant les trois derniers mois », rajoute Olivier Ambrosiali.