Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

Amira Tahirovic-Halilovic MEDIA RELATIONS MANAGER

- Transaction - Promotion - Résidentiel - Conseil - Expertise

Tél : + 33 1 55 65 22 08 Mobile : + 33 6 37 78 12 17 amira.tahirovic-halilovic@bnpparibas.com amira.tahirovic-halilovic@bnpparibas.com

Claire Lenormand MEDIA RELATIONS MANAGER

- Investment Management - Property Management - Research - Ressources Humaines - RSE

Tél : + 33 1 55 65 22 84 Mobile : + 33 6 75 68 39 03 claire.lenormand@bnpparibas.com claire.lenormand@bnpparibas.com

| Marché

MARCHÉ DES BUREAUX À LYON EN 2018 : UNE ANNÉE RECORD AVEC 331 000 M² COMMERCIALISÉS ET 1,4 MILLIARD D’EUROS INVESTIS
 

Avec 331 000 m² placés en bureaux en 2018, le marché lyonnais dépasse largement et pour la première fois le seuil des 300 000 m², tandis que la moyenne des cinq dernières années s’établi à 260 000 m². Ainsi, Lyon maintient sa position du premier marché régional, suivie de près par Lille, puis Toulouse et Bordeaux.
 
« Ce résultat record s’explique notamment par le retour des méga-deals qui, à eux seuls, représentent plus de 56 000 m², dont la transaction avec ENGIE pour une surface de 20 000 m² environ à Gerland et EDF qui a loué 10 900 m² dans le même secteur, une transaction réalisée par nos équipes. Les fondamentaux restent excellents, puisque les transactions inférieures à 10 000 m² conservent le même dynamisme que l’année précédente », commente Benoît de Fougeroux, Directeur Régional Rhône-Alpes de BNP Paribas Real Estate Transaction.
 
Ainsi, sur le volume global, 52 % des transactions sont réalisées dans le neuf dont 20% sont des comptes propres et des clés en main locatifs.
 
En termes de demande placée, la Part Dieu, marquée par la pénurie d’offres neuves, perd de nouveau sa place de premier quartier d’affaires au profit de Gerland qui enregistre 69 000 m² placés. Arrivent ensuite les secteurs Est et Ouest de la métropole, disposant d’une offre neuve suffisante. « Nos équipes ont encore performé cette année pour atteindre une part de marché supérieure à 25% », ajoute Benoît de Fougeroux.
 
Globalement, l’offre disponible à un an est en légère baisse pour la deuxième année consécutive et représente 481 000 m², notamment dans le seconde main (284 000 m²), alors que l’offre neuve progresse de +12%. Les chantiers en cours restent stables représentant 75 000 m². Le taux de vacances diminue et affiche un niveau de l’ordre de 5,7%.

               

En termes d’offre future, le marché lyonnais poursuit sa bonne dynamique. D’ici 2021, plusieurs livraisons d’immeubles significatifs sont attendues, notamment celles de Silex 2 (25 527 m²) à La Part Dieu et de Park View (22 335 m²) à Villeurbanne qui seront livrés en 2020, puis celle de l’immeuble Jardins de Lou (20 355 m²) à Gerland dont la livraison est prévue pour 2021.
 
Les valeurs locatives moyennes affichent une légère hausse sur tous les segments, que ce soit en centre-ville ou en périphérie, dans le neuf ou le seconde main. Bénéficiant de la pénurie de l’offre de la Part Dieu, cette hausse des valeurs est très régulière dans les autres secteurs mais reste raisonnable. Les loyers top atteignent un niveau de 325€/m² à la Part Dieu pour des IGH et se maintiennent à 300 € en Presqu’Ile pour les autres actifs. « D’ici fin 2020, nous attendons des augmentations des loyers, selon les secteurs », anticipe Benoît de Fougeroux.

Avec 1,4 md d’euros investis à Lyon, ce volume atteint son plus haut niveau jamais réalisé, marqué par une hausse de 49% en bureaux
 
Avec 1,4 md d’euros investis en immobilier d’entreprise, Lyon conserve sa place de premier marché régional. Pour la première fois, le volume investi en bureaux dépasse le seuil du milliard d’euros pour s’établir à 1,1 md d’euros. Il s’agit d’une hausse de 49 % par rapport à 2017 contrairement à la logistique qui affiche une baisse de 14%. Parmi les transactions signées en bureaux, citons l’acquisition par Primonial d’un portefeuille de 9 actifs auprès de Gecina pour un montant d’environ 266 M€ ou bien la vente de l’immeuble Brickwall par 6ème Sens Immobilier et DCB Immobilier à la Française REP, une transaction pour laquelle BNP Paribas Real Estate était le conseil. En 2018, ce sont les SCPI (56%) et les fonds (19%) qui restent les principaux acquéreurs de bureaux, suivis par les Assurances et les Mutuelles (12%). En termes de taux, la forte compétition entre investisseurs sur les actifs « prime » a provoqué une contraction du rendement sur le marché lyonnais pour atteindre 3,85%.