Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

| Marché

LE MARCHE DES LOCAUX D’ACTIVITE EN REGIONS RESISTE A LA CRISE

Un début d’année en trompe l’œil  
 
Au cours du premier semestre 2020, plus de 800 000 m² ont été commercialisés sur le marché des locaux d’activité en régions, un volume en retrait de -18% par rapport au premier semestre 2019. « Néanmoins, ce recul reste modéré par rapport à d’autres classes d’actifs » précise Jean-Laurent de La Prade. Le marché montrant ainsi sa résilience face à la crise. 
En ce début d’année, Lyon conserve sa position de 1er marché régional, concentrant près de 20% du volume placé global, malgré un léger ralentissement par rapport à l’année dernière (-11%). Profitant d’un premier semestre dynamique, Bordeaux arrive en 2ème position du classement (avec 88 000 m² placés soit 11% du marché), suivie de Strasbourg (8% du volume global).
Si un ralentissement du volume placé est observé, certaines villes ont bénéficié d’un marché animé avec des variations stables ou à la hausse sur ce 1er semestre, à l’image de Bordeaux (+26%), Tours (+26%) ou encore Rouen (+36%).

Transactions au cours du premier semestre – Evolution 2019 / 2020


 
Une offre disponible stable par rapport à la fin 2019
 
L’offre disponible à un an est restée relativement stable par rapport à la fin de l’année dernière. Au 30 juin 2020, elle s’établissait ainsi à près de 3 millions de m².
L’offre neuve reste nettement minoritaire et s’est légèrement contractée (-6% vs fin 2019) pour s’établir à 423 000 m² à la fin du 1er semestre. Néanmoins, la situation apparait contrastée suivant les régions. En effet, si Marseille, Nantes, Nice ou encore Strasbourg affichent une offre neuve avoisinant les 30%, d’autres marchés comme Mulhouse, Nancy, Orléans ou Metz proposent quasiment exclusivement des bâtiments de seconde main (avec des taux de neufs inférieurs à 5%).
 
Les demandes enregistrées se maintiennent


Signe d’une attractivité confirmée et donnée particulièrement rassurante, « les demandes exprimées auprès de nos équipes BNP Paribas Real Estate en régions sont stables par rapport au 1er semestre 2019, malgré un contexte particulièrement chahuté avec la crise sanitaire », commente Jean-Laurent de La Prade.
Au début de l’année 2020, elles concernent ainsi plus d’1,2 million de m² (1,234 million de m² vs 1,249 million de m² au 1er semestre 2019).
Les utilisateurs sont majoritairement à la recherche de locaux d’activité à acquérir, d’une surface inférieure à 2 000 m².
L’attrait des marchés Core s’est conforté pendant la crise, la plupart des villes de la dorsale connaissent ainsi une demande en hausse, à l’instar de Lille, Lyon ou encore Orléans.
 
Un marché de l’investissement résilient
 
Environ 430 millions d’euros ont été investis en Activité sur l’ensemble de la France au cours des six premiers mois de l’année. Cela représente certes une diminution de 17% par rapport au premier semestre 2019, mais c’est un résultat nettement supérieur à la moyenne 10 ans (239 M€).
Sur l’ensemble des engagements, environ 40% se sont réalisés en Régions, soit une part équivalente à celle constatée en moyenne sur les 10 dernières années. Le marché des locaux d’activités est donc dynamique en Régions et ce semestre, c’est justement dans un marché régional que s’est signée la plus importante opération : le groupe Atland Voisin s’est positionné sur le parc Vendôme, une opération mixte de plus de 20 000 m², situé dans la métropole lilloise. Cet ensemble, composé majoritairement de locaux d’activités, s’est vendu pour un montant proche de 35 millions d’euros.
Concernant les taux de rendement, ils ont enregistré une baisse constante depuis 2016. Le taux « prime » se situe aujourd’hui autour des 5,00%.