Paris, France

Business

Télécharger le pdf

| Business

INVESTISSEMENT EN BUREAUX : LES MÉTROPOLES RÉGIONALES RÉSISTENT BIEN À LA CRISE SANITAIRE

Dans le cadre de cette crise sanitaire bouleversant l’économie nationale et mondiale, les métropoles régionales ont bien résisté en se comportant remarquablement en termes dinvestissement et notamment en bureaux.
 
Malgré une baisse de volume envisagée sur le plan locatif, compte tenu de labsence de visites de sites pendant trois mois, les valeurs locatives se maintiennent à des niveaux sensiblement équivalent davant la crise. Seules les mesures daccompagnement ont légèrement augmenté et principalement dans le cadre de négociation de baux longs. 
 
« Concernant linvestissement, et principalement en bureau et dans les produits prime, des records en termes de taux seront potentiellement atteints cette année dans presque toutes les régions. En effet, les investisseurs en fonds propres sont toujours aussi présents voire même encore plus quen 2019 sur les produits prime loués », précise Pierre-Michel Olivier, Directeur Investissement Régions de BNP Paribas Real Estate Transaction.
 
Par conséquent, dans plusieurs villes régionales telles que Marseille, Nantes, Bordeaux, Sophia Antipolis, Nancy…, des taux exceptionnels vont être atteints cette année, et dans le cadre de transactions initiées pendant ou après le confinement.
 
« Même si les collectes ont été plus faibles par rapport aux dernières années, elles sont très largement dans la moyenne des 10 ans. Les retours dappels doffres que nous avons menés montrent que des volumes dinvestissement de près de 1 milliard deuros sont effectivement disponibles à ce jour, soit beaucoup plus que les opérations potentielles proposées par le marché », poursuit Pierre-Michel Olivier.
 
Ainsi, les opérations primene permettront pas de satisfaire lensemble de ces capitaux dici la fin de lannée, doù la tension sur les taux et un dernier trimestre qui va savérer extrêmement actif et étonnant, en termes de volume de transaction mais surtout de taux de capitalisation.
 
Des records devraient être battus pratiquement partout, à part à Lyon, dans la mesure où des opérations « prime » auront été disponibles sur les secteurs considérés.
 
Cependant, contrairement aux années précédentes, la prime de risque devrait être réévaluée: cette prime était devenue très faible avec une différenciation non suffisante entre les produits « core » et « core + ou value add ». Ainsi, une hiérarchie plus cohérente par rapport au marché est en train de se redessiner. La prime de risque va de nouveau retrouver sa raison d’être avec une hausse des taux core+ et value add, qui seront impactés en partie par laugmentation des taux de financement.
 
« Nous pouvons dores et déjà évoquer que lannée 2020 en régions, même si elle ne rejoindra pas en volume les records des deux/trois années précédentes, devrait permettre de préciser et confirmer lexcellente résilience des régions, tant sur la qualité des investissements et des VEFA que sur une hiérarchie nouvelle des taux, plus cohérente, plus sage et en corrélation avec la notion de risque », conclut Pierre-Michel Olivier.