Paris, France

Ressources Humaines

Télécharger le pdf

| Ressources humaines

BNP PARIBAS REAL ESTATE COMMENTE LES INDICATEURS IMMOSTAT

La demande placée de bureaux en Île-de-France atteint 2 633 000 m² sur l’ensemble de l’année 2017. Elle enregistre une progression notable sur un an (+8 %) et dépasse largement sa moyenne décennale (2 273 000 m²). Il s’agit du meilleur volume enregistré depuis la période 2006-2007. « Le créneau des grandes surfaces (plus de 5 000 m²) explique cette performance (+27 % sur un an). À l’inverse, le marché des petites et moyennes surfaces (inférieures à 5 000 m²) enregistre un léger repli sur un an (-3 %) mais reste proche du seuil des 1,5 million de m² » souligne Éric Siesse, Directeur du Pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Par secteurs géographiques, Paris intra-muros (près de 1 100 000 m²) et le Croissant Ouest (660 000 m² placés ; +40 % sur un an) affichent des niveaux particulièrement élevés. Au final, « ces bons résultats d’ensemble s’expliquent notamment par une activité économique bien orientée et résultent d’une bonne dynamique des demandes enregistrées par nos équipes commerciales » rajoute Éric Siesse.

 

Après une baisse en 2015 et 2016, le taux de vacance des bureaux en Île-de-France affiche des signes de stabilisation en 2017 (6,5 %). « En situation de sous-offre, Paris QCA enregistre un taux de disponibilité au plus bas depuis 15 ans (2,9 %). Cela entraîne une hausse notable des loyers parisiens, en particulier dans le Quartier Central des Affaires (+6 % en moyenne sur un an). À l’inverse, les niveaux d’offre demeurent particulièrement élevés dans le Croissant Ouest (12,1 %), les loyers faciaux évoluent moins rapidement et les franchises restent élevées » analyse Guillaume Joly, Directeur Research France de BNP Paribas Real Estate. L’offre future reste supérieure à la moyenne long-terme. Elle atteint 1,2 million de m² au 1er janvier 2018. Dans ce contexte, « les taux de vacance pourraient enregistrer des tensions haussières au cours des prochains trimestres » souligne Guillaume Joly. Néanmoins, les permis de construire et les intentions de lancement en blanc sont en net repli, confirmant une production d’offre neuve maîtrisée à moyen terme 

 

Les volumes investis en immobilier d’entreprise en France affichent un niveau modéré de 25,7 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année 2017 (-19 % sur un an) mais restent bien supérieurs à la moyenne décennale (21 milliards d’euros). « Ce ralentissement est principalement dû au nombre limité de produits mis en vente. En effet, les investisseurs ayant beaucoup de difficultés à trouver de nouveaux actifs, ceux-ci hésitent à vendre, alors même qu’ils ont déjà procédé à de nombreux arbitrages depuis 2015 » souligne Laurent Boucher, Président de BNP Paribas Real Estate Advisory France. Pas d’inquiétude pour autant, l’abondance de liquidités, les bonnes perspectives du marché locatif et les taux obligataires toujours faibles devraient permettre une bonne orientation du marché de l’investissement. Ainsi, « nous anticipons un début d’année dynamique. De nombreuses opérations sous promesse ou en exclusivité devraient être actées au cours des premiers mois de l’année 2018 », anticipe Laurent Boucher.