Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

| Marché

BNP PARIBAS REAL ESTATE COMMENTE LES INDICATEURS IMMOSTAT

Bureaux Île-de-France et Investissement France : résultats du 1er trimestre 2021 et perspectives
 
Marché locatif Bureaux : une demande placée qui atteint 327 400 m² en Ile-de-France à la fin du 1er trimestre
 
« La demande placée de bureaux en Île-de-France atteint 327 400 m² sur les trois premiers mois de l’année 2021, en baisse de -30% sur un an. Ce repli est principalement lié à l’enregistrement au T1 2020 de la transaction TOTAL sur la future tour The Link à La Défense sur près de 130 000 m². Le marché des grandes surfaces (plus de 5 000 m²) se caractérise par un bon début d’année, totalisant 115 000 m² pour 13 transactions (vs 10 transactions un an auparavant). De son côté, le créneau des petites et moyennes surfaces (moins de 5 000 m²) se caractérise par une baisse moins marquée que les trimestres précédents (-19 %). Les différences géographiques sont néanmoins notables » analyse Éric Siesse, Directeur Général Adjoint en charge du pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Le Croissant Ouest enregistre une hausse de +35% de la demande placée sur un an (86 000 m²) grâce à la signature de six transactions grandes surfaces pour un volume total de plus de 40 000 m². Avec 72 000 m² commercialisés au 1er trimestre, Le Quartier Central des Affaires (QCA) de Paris résiste mieux en ce début d’année (-21% sur un an). A l’inverse, les 1ères Couronnes, quant à elles, affichent une plus forte baisse sur un an (-39%).
 
« S’il reste toujours difficile de faire des prévisions sur les volumes placés de fin d’année à ce stade, nous observons d’ores et déjà une reprise graduelle des projets immobiliers selon la typologie et la taille des utilisateurs mais également autour de thématiques fortes en lien avec leurs nouvelles attentes comme bien-être, agilité, résilience ou RSE, pour ne citer qu’eux », précise Éric Siesse. Bonne nouvelle également, les perspectives économiques restent positives pour l’année 2021 (+5,5% de croissance du PIB attendu) et ce, malgré le contexte particulier et les différentes mesures sanitaires de ce début d’année. Dans ces conditions, une remontée progressive de l’emploi cette année, puis plus intense en 2022 est anticipée par les économistes de BNP Paribas Real Estate.
 
Investissement : un volume de près de 5 milliards d’euros depuis le début de l’année
 
« Après une année 2020 particulière, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France démarrent l’année avec un volume de 4,9 milliards d’euros au 1er trimestre 2021 » précise Olivier Ambrosiali, Directeur Général Adjoint, en charge du pôle Vente et Investissement de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Cette contre-performance (-39% sur un an) est à nuancer avec le caractère exceptionnel du volume enregistré l’année dernière à la même période (8 Mds d’euros) et reste en phase avec la moyenne des dix dernières années. Si toutes les typologies d’actifs sont concernées par cette baisse, les bureaux restent les plus plébiscités avec près de 3,7 milliards d’euros investis depuis le début de l’année (-28% sur un an). Les segments Logistique et Commerce sont pénalisés par l’absence de grands portefeuilles et affichent, quant à eux, des baisses respectives de -59% et -77%.
 
Les taux de rendement « prime » ont peu évolué durant les trois premiers mois de l’année, se situant respectivement à 3,80 % pour la logistique, 3,15 % pour le commerce et 2,70 % pour le bureau. « Au cours des prochaines semaines, les taux obligataires particulièrement bas et le fort rattrapage des dernières semaines sur le marché des actions participeront à renforcer l’attractivité du couple rendement/risque immobilier. Une confirmation du rebond sur les marchés locatifs devrait compléter le tableau afin de permettre une bonne activité du marché de l’investissement au cours des prochains trimestres » anticipe Olivier Ambrosiali.