Paris, France

Business

Télécharger le pdf

| Business

BNP PARIBAS REAL ESTATE COMMENTE LES INDICATEURS IMMOSTAT

Bureaux Île-de-France et Investissement France : résultats du 3ème trimestre 2020 et perspectives
Bureaux : un marché des grandes surfaces toujours en repli
Un marché locatif à deux vitesses selon les secteurs géographiques
Investissement : regain d’intérêt des investisseurs français, évolution des stratégies d’allocation d’actifs
Un montant global de 26 milliards d’euros investis attendu à fin 2020
 
 
« La demande placée de bureaux en Île-de-France atteint 913 000 m² sur les neuf premiers mois de l’année 2020, en baisse significative de 46 % sur un an. Le marché des grandes surfaces (plus de 5 000 m²) se caractérise toujours par un net ralentissement (-56 % sur un an), totalisant 252 000 m² pour seulement 15 transactions. De son côté, les petites et moyennes surfaces et plus particulièrement le segment inférieur à 1 000 m² affichent une baisse moins marquée (-37 % sur un an). Géographiquement, tous les secteurs de l’Île-de-France sont touchés par le repli de la demande placée » analyse Éric Siesse, Directeur Général Adjoint en charge du pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France.
 
Les perspectives économiques restent ainsi négatives pour l’année 2020 (-9,8% de croissance du PIB attendu) et les évolutions du dispositif de chômage partiel mis en place par l’Etat devraient logiquement entraîner une hausse du nombre de chômeurs d’ici la fin de l’année. La reprise pourrait néanmoins être plus encourageante que précédemment anticipée en 2021.
 
À la fin du 3ème trimestre 2020, le taux de vacance immédiat des bureaux en Île-de-France progresse pour atteindre 6,1 %. Fort de ce constat, « nous devrions observer un marché à deux vitesses.  Ainsi, des secteurs comme La Défense ou la 1ère Couronne Nord pourraient enregistrer une hausse plus importante de la vacance compte tenu du nombre important de chantiers en cours de construction. À l’inverse, Paris QCA, malgré une hausse, affiche toujours un taux de disponibilité particulièrement faible (2,7 % aujourd’hui versus 3,7 % en moyenne décennale) » souligne Eric Siesse. Compte tenu du ralentissement des chantiers en cours, l’offre de bureaux disponible à un an se stabilise sur les trois derniers mois pour atteindre 4,6 millions de m² au 1er octobre 2020 dans l’ensemble de la Région Parisienne.
 
« Les volumes investis en immobilier d’entreprise en France affichent un niveau honorable dans le contexte actuel avec 17,7 milliards d’euros engagés sur les neuf premiers mois de l’année 2020 (-21 % sur un an) » précise Olivier Ambrosiali, Directeur Général Adjoint, en charge du pôle Vente et Investissement de BNP Paribas Real Estate Transaction France. À noter cette année, le regain d’intérêt des acquéreurs français avec 67 % des volumes. Les investisseurs restant très averses à toute prise de risque, les taux de rendement « prime » n’ont pas évolué durant les trois premiers mois de l’année, se situant toujours respectivement à 4,00 % pour la logistique et 2,80 % pour le bureau. Seul le commerce affiche un rebond de son taux « prime » à 3,00 % au 1er octobre 2020.
 
Depuis plusieurs semaines, certains investisseurs commencent à revoir leurs stratégies d’allocation entre les différents actifs immobiliers. Quoi qu’il en soit, « les taux obligataires particulièrement bas et la très forte volatilité sur le marché des actions continueront d’offrir un couple rendement/risque attractif pour l’immobilier. Dans ces conditions, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France devraient franchir le seuil de 26 milliards d’euros en 2020 », anticipe Olivier Ambrosiali.