Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

| Marché

AVEC 139 000 M² PLACÉS EN 2020, LILLE CONFORTE SA PLACE DE 2ÈME MARCHÉ TERTIAIRE EN RÉGIONS
 

La métropole lilloise s’affiche toujours comme une place forte de l’immobilier tertiaire, malgré un marché fortement touché par la crise économique et sanitaire. Avec 139 000 m² placés en 2020, la capitale des Flandres connait un net recul par rapport à 2019 (- 46%), mais confirme sa résilience et sa solide deuxième place sur le marché des régions. En comparaison avec la moyenne 5 ans, cette baisse est toutefois moins importante (-38 %).
« Malgré une année 2020 difficile, Lille demeure plus que jamais une Métropole attractive bénéficiant d’un tissu économique et d’une main d’œuvre jeune et très qualifiée. Nous sommes confiants dans l’avenir du marché lillois, qui peut compter sur le dynamisme de son marché locatif. » affirme Xavier Delecroix, Directeur Adjoint Bureaux Région Nord de BNP Paribas Real Estate Transaction.
 
Un déclin des volumes des transactions mais une demande qui reste stable
Ce repli du volume des transactions concerne aussi bien le marché du neuf (- 46 %), qui représente 61 % des volumes de transaction, que celui du seconde main (-50 %).
Les transactions réalisées se concentrent principalement sur les secteurs de Lille, Villeneuve d’Ascq et Grand Boulevards qui totalisent 63% de l’ensemble des transactions du marché. Ils confirment ainsi leur position de secteurs de référence auprès des utilisateurs à l’instar de Oui Sncf, Leroy Merlin ou encore Lesaffre. Le marché fait la part belle aux comptes propres/clés en main qui représentent 40 % des transactions dont l’IESEG avec 12 000 m², Groupe ADEO avec 9 700 m² ou bien Lesaffre avec 9 500 m².
En termes de demande enregistrée, elle reste stable (-1 % par rapport à 2019), ainsi que les valeurs locatives avec un loyer prime qui s’élève à 240 € HT/HC/m²/an.
L’offre disponible progresse de +7 % pour un volume de 319 000m², restant nettement supérieure à la moyenne 5 ans (224 564 m²).

                                


Le marché de l’investissement lillois fait preuve de résilience 


Avec 273 millions d’euros investis en bureaux en 2020, contre plus de 520 millions l’an dernier, le marché de l’investissement lillois signe sa troisième meilleure performance et retrouve un niveau similaire à celui observé en 2017. Bien que peu de grosses opérations aient été réalisées en 2020, trois transactions supérieures à 20 millions d’euros, et 9 transactions d’un montant supérieur à 10 millions d’euros ont été enregistrées. Les VEFA, quant à elle, représentent 113 millions d’euros, soit 42% du volume investi.
Porté par deux opérations majeures – la vente du Campus Worldline à Seclin et la cession du Parc Vendôme à Lesquin - le secteur Sud de Lille représente 30% des volumes investis (83 millions d’euros placés), une première. Viennent ensuite les 4 secteurs tertiaires de référence à savoir Villeneuve d’Ascq (22%), Lille (21%), les Grands Boulevards (14%) et enfin Euralille (7%).
Concernant le taux « prime », il reste stable et s’établit à 4,15% Ce dernier pourrait tout à fait se confirmer, voire se compresser encore davantage en 2021.
 
Concernant la typologie des acquéreurs, ils demeurent en 2020 essentiellement français. Les SCPI et OPCI sont toujours largement représentés devant les Foncières nationales et régionales et les investisseurs privés.

« Dans le contexte de crise sanitaire qui perdure, les investisseurs soulignent deux atouts majeurs de la Métropole Lilloise : le dynamisme et la résilience de son marché locatif et des valeurs locatives attractives par rapport à celles observées dans les principales métropoles régionales. D’importantes opérations, initiées en 2019 et 2020 devraient trouver des conclusions positives, notamment sur les secteurs d’Euralille et de Villeneuve d’Ascq. A ce stade, le volume investit devrait être compris entre 250 et 300 millions d’euros en 2021», conclut Xavier Hugot, Directeur Adjoint Investissement Région Nord de BNP Paribas Real Estate Transaction.