Paris, France

Marché

Télécharger le pdf

| Marché

UN 1ER SEMESTRE RECORD AVEC PLUS DE 145 000 M2 PLACÉS POUR LE MARCHÉ DES BUREAUX LILLOIS

 

Avec une augmentation 38% du volume de transactions par rapport au S1 2018, Lille poursuit sa belle performance.
 

 
Deuxième marché régional en termes de volume de transactions, la Métropole Lilloise affiche une très belle progression au cours de ce premier semestre 2019. Avec plus de 145 000 m² placés (neuf + seconde main) et une augmentation de 38% des volumes de transactions par rapport au premier semestre 2018, Lille profite d’un marché dynamique grâce à sa métropole polycentrique. Cette progression peut s’expliquer par plusieurs facteurs :
  • Un renouvellement du parc immobilier des utilisateurs afin de coller aux nouvelles ambiances de travail avec une part du neuf de 64% sur ce semestre (vs. 47% en 2018) ;
  • Une profondeur du marché avec 29 transactions supérieures à 1 000 m², dont 5 de plus de 5 000 m². Plus de la moitié des transactions (107) se font en deçà des 250 m² ;
  • Une concentration du volume des transactions sur les secteurs de Lille, Euralille et Villeneuve d’Ascq, qui totalisent 77% de l’ensemble des transactions du marché.
 
Si le stock d’offres à un an reste stable (16 mois de commercialisation), la vigilance reste de mise pour l’écoulement des programmes en blanc livrés à horizon fin 2020-2021 pour lesquels les premières négociations devraient débuter.

« Avec plus de 300 000 m² placés ces 12 derniers mois, Lille change de statut, notamment à l’échelle européenne. S’il reste bien derrière Bruxelles, le marché lillois rivalise maintenant avec sa voisine Amsterdam, capitale économique des Pays-Bas. En France, Lille conforte sa troisième place après Paris et Lyon. L’écart de Taux Prime entre les 3 villes s’est ainsi considérablement réduit ces 3 dernières années », analyse Jean-Laurent de la Prade, Directeur Général Adjoint Transaction-Pôle Régions.



« Ce premier semestre 2019 est très révélateur de ce qui se passe sur le marché actuellement. En comparaison, notre volume de bureaux placés sur cette période est l’équivalent de l’ensemble des transactions de l’année 2012. Avec près de 200 transactions, dont 16 au-dessus de 2000 m², la métropole lilloise bénéficie de nombreux avantages, avec des immeubles toujours de meilleure qualité », commente Xavier Delecroix, Directeur Adjoint de BNP Paribas Real Estate Transaction France à Lille.

 
UN MARCHÉ DE L’INVESTISSEMENT TOUJOURS TRÈS DYNAMIQUE
Au cours du premier semestre 2019, environ 340 millions d’euros ont été investis en Bureaux dans la métropole lilloise, soit une hausse de 66% par rapport à la même période de l’an dernier. C’est le premier marché régional ce semestre, devant Lyon et Toulouse. L’année 2018 avait bénéficié de l’engouement des investisseurs pour les VEFA, très nombreuses à Lille.
2019 continue sur cette même lancée : sur 13 transactions signées ce semestre, 8 ont été vendues en VEFA. Pour exemple, AEW Europe a acquis l’immeuble OPEN’R et la Caisse d’Epargne s’est positionnée sur l’opération THE SHAKE.

« Ces deux transactions se sont signées pour un montant supérieur à 60 millions d’euros. Le marché lillois est donc en plein développement et les investisseurs n’hésitent pas à se positionner sur ces nouveaux programmes, même lorsque ces derniers sont vendus en blanc, puisque les délais d’absorption des opérations lancées en blanc restent bons », explique Xavier Hugot, Directeur Adjoint Associé et Responsable Investissement Région Nord chez BNP Paribas Real Estate Transaction France.
 



Concernant le taux « prime », il s’est fortement compressé l’an dernier en passant sous la barre des 4,20%. Il a atteint un niveau plancher et ne devrait pas évoluer à nouveau à la baisse. Les investisseurs se tournent désormais vers des actifs à rendement plus élevés. Ainsi le taux moyen poursuit sur sa tendance baissière amorcée depuis 2017 et l’écart entre le taux « prime » et le taux moyen tend à se réduire.
 
Compte tenu des opérations aujourd’hui sous exclusivité, le volume investi en Bureaux devrait atterrir entre 450 et 500 millions d’euros sur l’ensemble de l’année 2019.